2014 où le prix à payer

2.
Comme le nombre de mes enfants, portés dans mon utérus.
0.
Comme le nombre d’enfants que mon utérus ne portera plus.
1.
Comme le nombre de mes enfants, non portés dans mon utérus.
4.
Comme le nombre d’articles que j’ambitionne de publier sur ce blog cette année (des objectifs RE-A-LI-SA-BLES, m’a-t-on toujours dit).
Comme le nombre d’heures qu’il me manque dans chaque journée depuis que j’ai changé de job.

Parce que, oui, j’ai changé de job.

Ça m’est tombé dessus par hasard, je ne m’y attendais pas (plus ?), je n’osais pas trop y croire, et puis l’Opportunité, celle que je ne voulais pas rater, de faire mieux, d’évoluer dans ma carrière, d’avoir un meilleur salaire aussi, de meilleures conditions de travail, ça tombait bien en plus, le grand qui est autonome pour l’école, les filles qui commencent à bien se débrouiller aussi (pas pour aller à l’école en bus hein).

Au fond de moi, l’envie de réaliser ma vie de famille ET ma carrière, mais oui de faire comme les papas en fait, de ne pas me réveiller à l’aube de la retraite en me demandant où est-ce que j’ai foutu ma vie professionnelle, et de pleurer sur ma misérable pension (alors que les enfants pour qui j’aurai donné toutes ces années seraient déjà partis, en ne daignant même pas venir manger le dimanche midi les ingrats).

L’envie de savoir que je suis « indépendante », que si jamais, je me retrouve seule, sait-on jamais comment va la vie, je suis déjà un peu plus en mesure de subvenir à mes futurs besoins. Pas d’inquiétude hein, tout va bien chez les Chouf, c’est mon éducation de gaucho-féministe qui parle.

Depuis octobre 2013, j’ai fait un gap de salaire de quasi 20%.
Depuis octobre 2013, je paye quelqu’un pour aller chercher mes filles à la sortie de l’école et les ramener chez moi.
Depuis octobre 2013, j’ai un forfait boulot-à-la-maison soir & WE.
Depuis octobre 2013, je lave mes filles quand j’ai un peu de temps, elles ont du prendre 3 bains, ça va c’est l’hiver, la crasse ça tient chaud.
Depuis octobre 2013, je ne sais plus ce qu’est un vrai légume. Je veux dire à quoi ça ressemble avant d’être dans un sac Picard (ou Thiriet, j’aime pas la routine).

Est-ce vraiment le prix à payer ? Visiblement oui.
Ai-je fait le bon choix ? Pour l’instant j’en suis convaincue.

Et pourtant, je dois me battre, au quotidien, pour faire comprendre aux 2 bonhommes avec qui je bosse que, non je peux pas partir à 19h30 tous les soirs, c’est vraiment un combat, je pèse mes mots.
Parce que derrière ces hommes, il y a des femmes, des mamans, pour faire tourner la baraque.
Mais moi, c’est moi la maman, et derrière moi y a mon mari, qui a un job de fou aussi. (et MA maman, qui vient faire le ménage… LOVE…)

Et pourtant depuis octobre 2013, j’ai une putain de pêche !! J’espère juste ne rien regretter…

Et bonne année bien sûr (oui, j’ai le droit, même en mars).

8 réflexions au sujet de « 2014 où le prix à payer »

  1. Bon courage dans cette nouvelle vie qui m a l air plus que remplie.
    Un billet par trimestre c est une bonne moyenne.
    Et bonne annee a toi aussi
    Bisous

  2. C’est mon objectif, maintenant que j’ai démoulé notre famille au complet. Là, tout de suite, après 2 semaines de vie à 5 j’ai plutôt envie de dire que végéter au boulot c’est pas si affreux et qu’on tiendra bien encore 3 ans (de nounou) comme ça… mais on va dire que mes nuits vont vite s’améliorer et mes ambitions avec, non? 😉
    Good to have you back! (la MAF que je suis a du temps libre pour les séries en VO : reconversion à l’international en vue??)

    • Haaaaaaa mais entendons nous bien que le taf « alimentaire » sans aucun challenge intellectuel, a ceci d’avantageux qu’il permet de faire des journées raisonnables, de pouvoir réfléchir au menu du soir, voire même de passer une commande casinoexpress ou s’arrêter faire 2 courses avant le ramassage scolaire/crèche!!
      Je crois que ce boulot c’était juste l’opportunité AU BON MOMENT!!

  3. Merde, mais j’avais pas vu que tu avais posté !! Contente que tu te trouves en phase avec tout ça. La en ce moment je vis tout l’inverse et même si je te l’accorde, je trouve le temps super long quand je surveille Gromat qui joue dehors (envie de crever, merde, faut que je pense à prendre un livre la prochaine fois) et bien ça me fait un bien fou cette trève, je n’aurais jamais cru ça possible.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s