Le jour où je me suis faite niquer

Un témoignage qui pourra peut-être aider certaines mamans.

Un jeudi froid de décembre.
17h, je vais à la crèche en mode boule au ventre.
Je dois voir la psy suite à mon entretien avec la directrice.

Je sonne, on me fait passer par une porte dérobée, pour que mes filles ne me voient pas.
Je rentre dans une pièce et vois une enfant de 12 ans. Ha bon ? C’est une thérapie de groupe ? C’est quoi ce plan ?
Je souris bêtement et m’assois.
«
– Bonjour, qu’elle me dit.
Sont vachement polis à c’t âge-là quand même…
– Je suis la psychologue de la crèche
Sourire bête. Dingue le nombre de classes qu’elle a du sauter !
– J’ai souhaité vous rencontrer pour parler d’Attila.
– Voui…
– …
– …
– …

Je comprends que c’est à moi de parler. C’est comme ça les psys je crois, c’est à nous de parler en premier.
J’ai rien préparé, merde.
– Bah il semble qu’elle soit difficile en ce moment. Mais je sais pas trop quoi faire de plus. Elle tape depuis qu’elle est toute petite et on a TOUT essayé.
– Qu’avez-vous ressenti la première fois où elle vous a tapé ?
– Je lui ai hurlé dessus comme un putois pourquoi ?
A 10 mois, ma fille me fout sa première mandale, comment tu veux que je réagisse ?
– J’ai eu la sensation que j’avais déjà tout raté, que ma fille allait piquer de la thune dans mon portefeuille à 12 ans, fumer et tomber dans l’alcoolisme à 14, drogue et prostitution à 16.

Ce que je ne lui dis pas, c’est les 4 FIV et les 3 IAC qu’il m’aura fallu pour tomber enceinte tout ça pour se prendre une beigne 10 mois après ? L’évidence c’est que j’avais tout raté et que je n’étais certainement pas faite pour être mère.

Alors elle me raconte qu’elle l’a un peu observée. Qu’elle est très mignonne et très attachante, et très exclusive aussi. Qu’elle n’a pas clairement la notion de ce qui est sa propriété : elle prête ses toutouilles et parfois même son doudou.

Elle m’a attendrie, je balance tout, ma deuxième grossesse, alors qu’elle avait à peine 5 mois. Ma fatigue, mon gros ventre, mon impatience peut-être, les mois qui ont suivi. Ma petite bébé qui devient grande sœur à 14 mois à peine, obligée de partager sa maman à l’âge où on ne la veut que pour soi, obligée de partager sa chambre également, et ses jouets ensuite.

Son grand frère une semaine sur deux. Une semaine sur deux elle est grande sœur, une semaine sur deux elle est « au milieu ».
Le mois qui suit ma reprise du taf, ma nounou me plante. Changement de nounou, puis entrée en crèche dans la foulée.

Ce que je ne lui dis pas, c’est toutes les fois où elle a pris une fessée (alors que j’étais tellement CONTRE), les fois où j’ai dû m’approcher d’elle le visage tordu de fureur, et qu’elle mettait ses petits bras devant son visage pour ne pas que je la tape…. (Je n’ai pourtant jamais tapé le visage, mais c’est le réflexe qu’elle a eu parfois), ces images je les garde encore en mémoire et je n’en suis pas fière.

Alors j’ai réalisé, j’ai réalisé que ma fille n’était pas incontrôlable, et que je n’étais pas une mégère.
J’ai réalisé qu’elle avait 1 000 autres raisons que mes lacunes de maman pour être déboussolée et que ses lacunes là devaient me pousser à être plus tolérante et plus bienveillante envers elle.

Me suis faite niquée comme un bleu par c’te gamine de psychologue.
La séance de psy, c’était pour moi. Et ma foi ça m’a fait du bien.

Et le pire c’est que ma fille est devenue A-DO-RA-BLE (à tel point qu’il faudrait que je la débaptise Attila).
Par contre Madeuz… Le terrible two c’est ça ?

PS: Je voulais faire un billet rigolo, j’ai échoué comme une merde, désolée!

Publicités

34 réflexions au sujet de « Le jour où je me suis faite niquer »

  1. Ah les psy !!!!

    Ta petite grandit et s’assagit et bientôt tu repenseras avec nostalgie a son côté diablotine!

    Quel parcours médical!
    pour le moment moi j’en suis aux traitement simple 4 déjà a base de gonal F mais l’horloge tourne 37 ans bientôt et je pense que l’étape suivante sera la FIV mais vous me remplissez d’espoirs le chemin est long et difficile mais possible et vos morceaux de vies sont une source de réconfort énorme pour moi qui suis encore sur le bord de la route

    • Je me dirai certainement un jour que le temps est passé trop vite, c’est sûr! mais à l’heure actuelle j’aimerai juste qu’elle s’habille toute seule, se lave toute seule et joue toute seule! 😉
      Tous les parcours sont différents et on le vit chacune à notre manière… Je suis assez épatée que des pmettes en galère lisent des blogs comme celui ci, j’imagine à chaque fois que ça ne fait que retourner le couteau dans la plaie, alors si au contraire ça donne de l’espoir j’en suis ravie! 🙂
      Je te souhaite un dénouement heureux très rapidement!!

  2. je confirme t’as échoué comme une merde, à tel point que j’en ai les larmes aux yeux là.
    Bon peut-être parce que je me retrouve beaucoup dans ton expérience, hein… grosse remise en question ici aussi suite à changement de comportement de la loutre et mêmes conclusions que toi….
    putain c’est dur d’être une mère !!! ça on nous l’avait pas dit, hein 😉 c’est QUE du bonheur on a dit 😉

      • non, la loutre vit très bien l’arrivée de son frère. Elle vit plutôt moins bien d’avoir une mère hystéro-dépressive depuis ma 2ième grossesse. Mais j’en ai conscience et je me soigne (enfin j’essaie, hein).
        Et puis un peu perturbée la loutre quand même oui : déménagement, école, puis plus école, maman à la maison, puis plus à la maison, etc…. c’est pas ce qu’on appelle une vie stable pour une si petite fille….

        • Merdasse….il faut que je te dise que moi aussi j’ai été super mal pdt ma grossesse, j’aime pas être handicapé ne m’en voulez pas 😦 Par contre depuis que j’ai démoulé, pas un jour ne passe sans que je me dise « putain c’est bon de ne pas être enceinte » et du coup je crois que c’est ce qui me fou la patate et me fait apprécier tous les petits rien du quotidien, genre me prendre le soleil en pleine face et me dire qu’avant fallait que je lui tourne le dos, boire une bière blanche (c’est devenu un mythe tant j’en ai rêvé pdt 9 mois) ou encore lire une histoire à mon gamin en le prenant sur mes genoux (à la fin je ne pouvais plus!)…Oui je sais ça peut paraitre bien futile à certaines, mais moi ça me permet de passer outre les difficultés d’une vie avec 2 enfants en bas âges. Bref j’espère que ça pourra t’aider à voir du « beau » même quand tu penses que tout est moche.

        • En avoir conscience c’est essentiel, forcément tu fais de ton mieux!!
          Tu as repris le taf (me souviens plus?), ça va rentrer dans l’ordre et pis elles grandissent nos filles, elles commencent à nous gérer!

  3. J’aimerais bien que la psy de Monsieur Premier me psychanalyse aussi, mais apparemment elle a déjà pas mal de boulot avec l’engin…. mais si tu me dis qu’une séance pour maman peut régler le problème du nain, je vais appeler SOS Psycho de suite, car je craque!
    Ma « pauvre » Deuz (j’ai parlé du spécimen ici, on est d’accord, son sort ne fera pas pleurer dans les chaumières) n’a même pas la place de faire son terrible Two car son frangin nous fait un « horrible Five ». Ca ne m’empêche pas de compatir à votre douleur, qui sera peut-être soulagée de prendre conscience que le surnom d’Attila a va trouver une repreneuse très vite! 😉

    • Ha merde l’horrible five…. On dit que 4-5 ans c’est la petite adolescence, et que c’est trèèèèès bien qu’il la fasse parce qu’après ils font moins de conneries à l’adolescence!
      Donc tu payes mtn pour être tranquille après!! Courage!

      Et ça c’est sur que les crises du deuz’ comment dire… on s’en branle un peu!

  4. Si tu vas mieux et que ta fille aussi, c’est l’essentiel, non ? Pour le reste, la vie maman est pas facile tous les jours, et la façon qu’on a toutes chacune de faire face en silence, c’est THE grand tabou, quoi. Comprendre qu’un enfant n’est pas « contrôlable » à 100% (autant prendre un robot), qu’on n’est pas Responsable de TOUT, et faire de son mieux, oui, même si ce mieux n’est pas au même niveau tous les jours, voire dans une même journée..Et s’empêcher d’avoir le droit de craquer parfois, c’est foutre un peu plus de pression dans la cocotte minute…vive les psy /copines/blog soupapes!

    • Mais pourtant je m’étais pas trop mis la pression, enfin je pensais pas, mais inconsciemment je crois que j’ai fait un blocage sur l' »enfant tapeur », et je suis pas arrivée à gérer…. Mais oui ça va mieux, un peu de tout, je saurai pas dire quoi mais ça va mieux et putain qu’est-ce que ça fait du bien!!

  5. Oui, prendre conscience qu’on n’est pas responsable de tout…
    Ca fait beaucoup écho en moi aussi…
    Et essayer d’être tolérante même quand on est fatiguée, énervée, irritable… pas facile…

    En tout cas c’est clair qu’elle t’a bien eue la gamine !!!! me serais faite avoir comme toi 😉 mais au final c’est positif et c’est tout ce qui compte !

  6. Rien n’a été simple pour vous c’est clair, alors ma foi tu as extériorisé comme tu as pu, mais au moins tu n’as rien gardé dedans qui vienne grossir comme un furoncle au cul pour exploser ensuite. D’ailleurs depuis 2 jours que j’ai lu ton article (j’adore ce privilège moi :)) et bien je cogite sur mon cas et je me demande si c’est normal de ne pas réagir quand mon fils me renverse 1 kg de farine dans un tiroir de cuisine + sol, ou qu’il jette des peluches dans le bain pdt que je déshabille son frère, ou qu’il remplisse son verre d’eau de morceaux d’escalopes de veau. Rien ne me choque, peu de choses m’agacent mais ma babacool attitude du moment n’est-elle pas néfaste pour eux ? Et si ça se trouve l’année prochaine c’est moi qui vais me retrouver devant une boutonneuse pour vider mon sac. Bref quoi qu’on fasse, nous les mamans on se remettra toujours en question..

    • J’aime bien l’image du furoncle au cul!!!!!
      Oui j’ai extériorisé mais parfois un peu trop, et je te cache pas que de l’avoir couché par écrit me fait un peu culpabiliser (bon j’me connais ça va pas durer longtemps j’aime pas trop m’encombrer avec la culpabilité, ça me va pas au teint!) mais quand même….
      Ce qui me fait mal c’est de me dire que j’ai perdu le contrôle devant une gamine de 2 ans, c’est moi l’adulte, c’est à moi de raisonner, et même si parfois il nous cherche comme c’est pas permis, je suis convaincue que perdre le contrôle et entrer dans le conflit avec eux, c’est faillir à son rôle…
      C’est pour ça que je pense que tu as la bonne attitude (et si en plus tu te forces même pas tant mieux!!!), et je ne pense pas que ça soit néfaste parce qu’au final tu fais comme TOI tu veux. Tu vois ce que je veux dire, tu subis pas tes enfants. Je sais pas bien comment l’expliquer mais c’est comme l’histoire du siège auto que tu expliquais, « c’est toujours maman qui gagne au siège auto », c’est toi qui décide et tu subis pas, c’est bien pour toi et eux sont cadrés.
      Au tout début je me braquais sur bcp de choses, et je me suis rendue compte qu’avec le temps ils passaient à autre chose, alors je suis devenue plus cool, mais ce qui me désarçonnais c’était qd elle tapait sa soeur, ça me mettait hors de moi et en plus c’était stressant, je pouvais pas les laisser seules, sinon elle la poussait du canapé par exemple…
      Bref…

  7. merde et ça a duré combien de temps cette vigilence accrue ? On est en plein dedans ici, genre Wallis veut se mettre avec son frère sur le tapis d’éveil et il lui roule dessus:(((( Je tatonne pas mal sur la conduite à tenir….si tu as des conseils je prends !

    • Ca duré 18 mois… 🙂
      A vrai dire quand J. était bébé, L. se contentait d’actes manqués, du genre un caresse un peu appuyé ou bien genre je fais semblant de tomber (sur sa soeur), ça a vraiment commencé à se gater qd J. a commencé à marcher, et à vouloir choper des jouets… et là c’était la guerre ouverte, elle pouvait lui mettre des pains, la pousser en prenant de l’élan, la pousser d’une certaine hauteur…. franchement c’était stressant, et être seule avec les 2 c’était l’angoisse! Et là mtn elles commencent à jouer ensemble donc ça va.
      Je dirai qu’à partir des 2.5 ans de L, elle a mieux parlé, et compris qu’elle pouvait jouer avec sa soeur et ça a été le début, les tiens ont un peu plus d’écart et S. sera plus grand quand A. voudra vraiment interagir, je pense que ça ira.
      Sinon j’ai pas de conseils hein, j’ai été plutôt nulle! 🙂
      Mais ce qui ne marche pas chez nous, hurler comme un putois, en faire des caisses, passer 25 min à l’engueuler, la mienne faisait ça principalement pour attirer mon attention et en l’engueulant je la lui donnais… Ce qui fonctionne chez nous, ne rien laisser passer, lui dire que non ça c’est pas possible et la foutre dans sa chambre toute seule, en lui disant que c’est pas interessant et qd elle sera calmée elle pourra revenir…
      Dur dur parce que ne serait-ce que par rapport au deuz t’es bien obligé de marquer le coup et pas non plus trop faire comme si de rien n’était!
      Tiens moi au jus!

      • bon ben je vais prier pour que ça se passe mieux ici 😦 Je vais positiver en me disant que S. a passer ce fameux cap de mise de pains et de non prettage de jouets cet été…il aura 3 ans quand son frère se mettra à marcher peut-être sera t-il plus indulgent…a suivre.
        Mais comme tu as du en chier, entre tes nuits trop courtes et tes journées de dingue.

        • Je suis certaine que ça se passera différemment pour toi, S. sera plus grand, ça change qd même pas mal de choses, tous les mois comptent à cet âge.
          Et j’avais une tapeuse dans l’âme moi, S. est moins « viril » de base je crois?
          Et pis ça veut aussi rien dire, regarde la rosette, elle a jamais tapé sa soeur!

  8. C’est clair que ça remue… mais ta franchise va certainement en aider plus d’une à relativiser et puis ça fait du bien de voir que non, tout n’est pas tjrs rose-bisounours. J’en prends de la graine pour plus tard !!
    Au passage, comme je commente pour la 1ere fois je crois, je tiens à vous féliciter toutes les 3 pour ce blog qui me colle de vraies barre de rire et m’émeut aussi parfois 🙂

  9. Pas mal cette psy mais bon tu devais être assez prête à comprendre ces choses, visiblement elle n’a pas eu à pousser beaucoup. Ce que je trouve difficile lorsque l’on a deux petits rapprochés c’est effectivement cette violence, même si elle ne se traduit pas par des fessés, qui peut se traduire par des cris ou un comportement face à un ainé souvent très petit , voir bébé. Souvent je me suis fait peur aussi.
    14 mois d’écart c’est violent à vivre pour une maman (les miens ont 17 mois et je trouve ça chaud et à cet âge chaque mois compte).
    Et tout ce chamboulement d’une naissance c’est violent à vivre pour nos bébés.
    Ton billet il est quand même rigolo, comme toujours quoi.

    • Tu as tout bien dit, le mot « violence » est approprié même sans fessée…. et c’est là où je m’en veux, moi qui ne m’enerve jamais, j’ai dégondé parfois avec ma petite… terrible comme sentiment….

  10. Même quand t’es pas drôle, t’es drôle. Sinon, je suis impressionnée du talent de nos jeunes. 12 ans 1/2 et autant de perspicacité, c’est pas courant (moi au même âge je chantait « quelque chose dans mon coeur » avec une brosse en guise de micro). Biz

  11. pourquoi l’est pas là mon comm ? Je retente, bon je sais plus ce que je t’avais dit euhhh bon ben j’aime pas que tu te sois faite analyser comme ça sans le savoir mais au final tu en ressors mieux donc c’est un plus ;o)
    Alors le comportement de ta puce est comment ce jour ? Attila ou pas ?

  12. Tu as failli me tirer les larmes sur ce coup là. Mais il est mieux que drôle quand même ce billet, parce qu’on en est toutes un peu là!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s